Chercheurs : Qui sont nos champions mondiaux ?

Les Hauts-de-France ne sont ni la Silicon Valley, ni Bangalore, ni même Sophia Antipolis ou Saclay. Historiquement, les ratios de richesse régionale consacrée à la recherche sont particulièrement faibles. Ils ont progressé mathématiquement avec la fusion avec la Picardie mais ne dé- passent pas 1,1% de notre PIB. On en connaît les raison : zone frontalière, région de salariat de masse durant des décennies, faiblesse des investissements publics dans ce secteur. Un certain rattrapage est passé par là, de gros centres se sont implantés comme l’Inria, les pôles de compétitivité sont nés, ouvrant de nouvelles passerelles entre le monde jadis étanche des chercheurs et celui des entreprises. Et plusieurs pôles d’excellence at- teignent désormais un niveau de reconnaissance incontestable, d’ailleurs souligné dans les candidatures successives au projet d’Idex : le médical, autour notamment du diabète et des maladies cardio-métaboliques, la chimie verte, et le numérique.

Mais derrière les chiffres et les argumentaires institutionnels, les chercheurs sont aussi des hommes et des femmes d’exception qui contribuent, souvent dans la discrétion, au rayonnement international de notre territoire. Eco121 rend hommage dans ce numéro à ces champions de nos labos. Spécialiste des polymères, ouvreurs de nouvelles voies thérapeutiques contre le cancer, explorateurs de la croûte terrestre, inventeur de la greffe du visage, … Les profils sont très variés et comme toute liste, la nôtre est non exhaustive et arbitraire, basée sur le rayonnement international et les publications. Nous n’oublions pas les centaines de chercheurs discrets qui derrière leurs paillasses et dans des conditions souvent chiches préparent eux aussi les dé- couvertes de demain.

Focus sur nos “nobélisables” de la science régionale.

Edito n° 67 - Décembre 2016 et janvier 2017.

En savoir plus...

Faits marquants